Le tissu Batik (Burkina Faso)

Le Batik est une technique de teinture de tissu. Tous les tissus présentés ne sont pas peints mais bien teints : pour ce faire deux techniques sont utilisées la technique des réserves et la technique des ligatures.

La technique des ligatures consiste à nouer certaines parties du tissu avec un fil très sérré qui empêche la teinture de pénétrer jusqu'au centre du noeud (on peut insérer au centre un caillou). Le tissu est alors trempé dans la teinture (technique très utilisée avec l'indigo). Après lavage et séchage, une fois les noeuds défaits, les zones serrées par les fils apparaissent dans la couleur d'origine du tissu alors que le fond du tissu est teinté : ces motifs auront une forme d'anneaux. Pour obtenir des lignes droites on peut aussi plier finement le tissu dans toute sa longueur et le maintenir serré avant de le teinter (technique utilisée pour obtenir aussi des fond marbrés).

La technique des réserves consiste à appliquer sur le tissu une matière imperméabilisante (amidon, cassave et cire en Afrique, pétrole en Afrique et en Asie) sur les parties de la tenture que l'on ne veut pas teinter. Le maître batikier prépare lui-même ses teintes. Après le trempage du tissu les motifs impreméabilisés apparaitront non teints dans la couleur initiale du tissu (blanc pour les tissus présentés dans notre galerie). On fait alors bouillir le tissu afin de faire fondre la cire. Chaque couleur du batik nécessite un bain de teinture : il y aura autant de bains différents que de couleurs.

Exemple : un batik qui comporte 15 couleurs demandera de renouveler les opérations de trempage, lavage et séchage 15 fois. C'est une technique laborieuse.

Notre batikier fixe ses couleurs : les batiks présentés sont donc lavables en machine.

batiks africains
 
liquidation
 
batiks au pétrole
     
page précédente
 
comment commander
 
retour à l'accueil